logo  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | disk   Download  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu général :
 
 
Les Articles : par Catégories



 
 
8 Derniers articles
 
 
 
 
5 Derniers Posts du Forum :
 
 

 
 
Recherche rapide :
 
 
Entrez un mot ou
un groupe de mots :
Selectionnez les zones :
Forum
Articles
DownL
News
Pages
Faq

 
 
Lettre de Nouvelles :
 
 

Inscription
Désinscription

 
 
Météo
 
 
 
 
Echange de liens
 
   
 
 
 
 

Index des articles > La Moto > Rencontre avec 'Timono

 
 
Rencontre avec 'Timono
 
 

Article posté par ΨAnDroKtoNe.
Paru le lundi 22 décembre 2008 à 13:26
Vu 3555 fois.
Note : etoiles5 (2 votes)

Rencontre avec 'Timono

Ma première rencontre avec 'Timono et les premières aventures qui suivirent.



Vendredi 14 février 2003 et Samedi 15 février 2003.


Bonjour tout le monde smiley sg3agg29g.gif

Ça y est smiley sg3agg29g.gif smiley sg3agg29g.gif smiley sg3agg29g.gif

Je suis allée chercher 'ti mono smiley sg3agg29g.gif

Ce ne fut pas qu'une partie de rigolade

Étant donné mes moyens limites, plutôt que de prendre le train, j'ai tendu le pouce. smiley sg3bgg29g.gif Il se trouve qu'en plus, j'ai mis moins de temps en stop qu'en prenant le train smiley sg3bgg29g.gif

Le parcours était La Nouaille (à 20 Km au sud d'Aubusson dans la creuse) pour aller à Yvetot, entre Rouen et Fécamp (à 50 Km au nord de Rouen).
Soit approximativement 590 km.

Vendredi matin, 8H00 une copine vient me chercher chez moi pour m'emmener à Aubusson (car La Nouaille Aubusson en stop, il faudrait trois jours).

8H30, je suis en place au nord d'Aubusson, au lieu dit de 'Chaussidoux'.
Quelques voitures passent sans s'arrêter et puis un gars avec un 'express' s'arrête, il est motard, enfin il l'a été. Il m'emmène 18 km plus loin, à Lavaveix les mines, on discute un peu moto et il me dépose.
Je continue mon chemin tout en 'pouçant' et au bout d'une dizaine de minutes, une audi s'arrête qui m'emmènera 7 km plus loin à Ahun.

Je finis par me dire qu'à cette allure je ne suis pas arrivée smiley sg3agg28g.gif

M'enfin c'est les aléas de ce type de voyage smiley sg3agg29g.gif

À Ahun, je poireaute bien 1/4 d'heure, les voitures étant rare à cette heure smiley sg3agg28g.gif

Finalement une jeune femme avec une clio s'arrête, elle est complètement speed, prend les virages quasiment sur deux roues, et j'ai bien peur que ma dernière heure soit arrivée smiley sg3agyeuxcielg3ag.gif

Mais non smiley sg3bgg29g.gif

Finalement elle me dépose à l'entrée Ouest de la RN145 à Guéret (là où il y a une ZI avec un concessionnaire Honda Moto)

À cet endroit il y a du passage, mais les véhicules passent sans même me regarder, je crois être transparente, ce devait être un de mes moments de femme invisible. smiley sg3bgg29g.gif Au bout d'une bonne dizaine de minutes, et un paquet de véhicules en tout genre plus tard, un gars s'arrête avec une petite corsa (première génération), il me propose de m'emmener à la souterraine, je dis ok et pendant qu'on roule, je lui demande s'il ne peut pas pousser jusqu'à 'La Croisière' 5/6 km plus haut, car c'est la bas qu'il y a l'embranchement avec la A20, route que je dois prendre. Il dit ok. Les presque 40 km auront été parcourus rapidement, à fond, à fond, à fond. smiley sg3bgg29g.gif

Heureusement j'avais prévu le coup, j'avais préparé plusieurs écriteaux pour les principales villes de mon trajet.
Je tends donc le premier 'ORLÉANS', et j'attends. Il fait -3°C et ça caille mine de rien à ne rien faire smiley sg3agg28g.gif

Les voitures et autres camions sont rares à cette heure smiley sg3agg28g.gif (~10 H 00), un routier me propose de m'emmener jusqu'à Argenton sur creuse, mais je décline l'invitation, car je connais l'endroit et je n'aurais aucunes chances de trouver un autre véhicule, alors j'attends, en tournant en rond, en tapant des pieds pour ne pas trop me refroidir, 10H30, toujours rien et à part le routier, personne ne s'est arrêté. smiley sg3agg28g.gif
Je commence à me refroidir. smiley sg3agg28g.gif

10H45, j'ai froid.
Une BX noire immatriculée dans le cantal me double et pile 20 mètres plus loin, je cours, le gars me dit qu'il va a Orléans, je monte. Cool, déjà ça de fait smiley sg3agg29g.gif et en plus je me réchauffe, nous parlons et je lui dit où je vais, il me dit qu'il va à Rouen et nous nous mettons d'accord pour qu'il m'y dépose.
Pour un coup de bol, s'en est un et magistral smiley sg3bgg29g.gif

15H30, je suis à Rouen. J'attends 15/20 mn et un routier/motard s'arrête et m'emmène à Yvetot.

16H30, je suis arrivée à Yvetot. J'aurais mis 8H00 pour faire presque 600 km en stop, c'est carrément bien je trouve...

Normalement, il était prévu que je prenne la moto seulement le samedi 15 au matin, mais étant donné l'heure, pourquoi pas...
J'appelle le vendeur et il est à 200 m d'où le routier m'a déposée smiley sg3agg29g.gif
Il me rejoins et je l'accompagne (à pied) où est garée la moto. 2 km plus loin, à la sortie Nord d'Yvetot, la moto est là.

Il ouvre le petit box, il y a un LS650 Savage Suzuki en cours de remontage (enfin, presque terminée), un cadre de 1000 FZR en cours de polissage et 'timono.

'timono, c'est comme ça que je l'appelle, c'est une jolie Honda 125 XLS rouge de 1987 avec 30615 km au compteur. Elle est très propre. La selle a été refaite (à la louche), mais le reste a l'air nickel. Le filament du code est HS, par contre elle démarre au quart de tour. Au premier coup de kick elle 'pète'. Nous faisons l'affaire, signurage de papelards et échanges de billets plus tard, je suis propriétaire de ma première moto.

J'attache mon sac à dos sur l'arrière de la selle avec trois sandows et c'est parti. Je ne suis pas sure de moi, c'est laborieux, mais j'y parviens. Au bout de deux cent mètres je cale à un feu smiley sg3agg28g.gif

Deux coups de kick plus tard, elle est repartie et zou on y va. Je m'arrête au concessionnaire suzuki d'Yvetot pour acheter une ampoule code/phare et aussi un antivol. Et je commence à redescendre sur le sud. Décidément je ressemble à un crapaud sur ma moto, j'y suis aussi à l'aise qu'une poule ayant trouvé une paire de lunettes. smiley sg3bgg29g.gif

Barrentin, Rouen et au bout de presque 2H00 j'arrive à Elbeuf (~15km au sud de Rouen). Je suis fatiguée, j'ai froid, j'ai les nerfs en pelote et je recherche un hôtel, mais comme toujours quand on cherche quelque chose, on met trois plombes à le trouver...

Après avoir un peu tourné dans Elbeuf, je finis par tomber sur un hôtel, les prix sont honnêtes, je payerai 27.5 zorros pour une chambre avec douche et en plus, le proprio me propose de garer la moto dans l'arrière cours qui est fermée à clef, ça c'est génial. smiley sg3agg29g.gif Malgré tout, j'ai mis l'antivol. Et puis j'ai déposé mes affaires dans la chambre et ai couru pour prendre un sandwich, la faim me tenaillant, d'autant que je n'ai pas mangé depuis le matin même. Manque de bol, ils n'ont plus de pain et ils me proposent une assiette de pâtes à la bolognaise, mais je décline l'offre, j'ai tellement mal au ventre que cela ne passerai pas.

Tant pis. Je remonte dans la chambre, fait une toilette rapide et me mets au lit en regardant la télé pendant que je téléphone à Patou (ma meilleure amie qui vient d'accoucher de "mon p'ti couillon" (Louis pour l'état civil)) pour prendre de ses nouvelles et de celles du bb.
Tout le monde va bien.
Même si j'ai fait tomber 'timono en kickant pour la redémarrer pour l'emmener dans la petite cour, j'ai fait un p'ti trou dans le tibia droit. C'est le métier qui rentre. smiley sg3bgg29g.gif
21H30, les coups de fils sont terminés, j'ai toujours froid, un mal au ventre maousse et j'éteins la téloche pour piquer un roupillon bien mérité. Je ne tarde pas à dormir.

Samedi 15 février, 7H00, je suis déjà réveillée, j'ai pas trop mal dormi. Il fait encore nuit noire, je paresse donc encore un peu au lit. Une demi heure plus tard, je me lève et me prépare tout doucement.
J'ai un petit thermomètre électronique et il m'indique qu'il fait -3°C à l'abri derrière le volet. Brrr
Du coup, je met deux paires de chaussettes, un caleçon long, le jean, un tee-shirt à manches longues, un polaire, une ceinture en néoprène pour avoir chaud aux reins, un pantalon de moto chaud d'hiver qui monte jusqu'à la moitié du torse et enfin les bottes. Je rempli le sac à dos, une fois ça fait, je finis de me préparer et hop je m'en vais.

Rebelote, sac à dos sur l'arrière de la selle, vérifications de l'harnachement, du niveau d'huile, tout va bien.

Contact, kick, rien smiley sg3agg28g.gif
Bonnn, on se détend.
Contact, kick, rien smiley sg3agg28g.gif
Ouinnn elle m'en veut smiley sg3agg28g.gif

20 mn plus tard, 'timono n'a toujours pas démarré, j'ai perdu dix kilos (si seulement ça, ça pouvait être vrai... ), je dégouline de sueur, les lunettes complètement embuées et elle ne veut rien savoir. Bon. réfléchissons, j'ai essayé avec ou sans le starter, nada. J'ai éteins le contact et ensuite rallumé, nada. J'ai regardé la position du coupe moteur, il est en position 'normale'. J'ai essayé le robinet en position ouverte et en position réserve, nada, pourtant y'a du carburant, j'ai regardé.

Alors, je pousse, je fais le tour et j'arrive dans la grande rue, là je rencontre un gentil balayeur et lui demande s'il peut essayer lui, puisque j'ai épuisé pour l'instant le peu de force que j'avais à essayer de kicker. Il arrive à la faire pétouiller, mais elle cale presqu'aussitôt. smiley sg3agg28g.gif

À bout de ressources, il me propose de me pousser pour voir si elle démarre à la poussette, OK. Et c'est parti, ça pétouille et au bout de trente ou quarante mètres elle démarre, manque de bol, il faut que je m'arrête y'a un stop. et ... calée.... ouinnnnnn

J'embauche un motard qui se trouve là pour recommencer la scène et elle part à nouveau, alors aux stop suivants, je fais plutôt des 'cédez le passage' et elle chauffe doucement. Je vais faire le plein au leclerc, tout en gardant le moteur allumé, j'ajoute six litres de sp95 et c'est parti.

Louviers par la départementale, il fait froid et les bords de routes sont complètement givrés, c'est beau la nature avec le soleil qui se lève, ça donne des reflets aux champs, aux arbres et aux toits qui brillent comme des milliers de diamants.
À Louviers, je prends la quatre voies en direction d'Évreux, c'est moins sympa, mais je ne dois pas oublier qu'il me reste encore 500 km à parcourir et tant qu'à faire aujourd'hui pour réduire les frais. Je continuerais donc tout le parcours par les voies rapides, et puis n'étant pas encore maitresse de mon véhicule, c'est préférable.
Bien sur, avec des pointes de seulement 85 km/h je me fais doubler par tout le monde, mais c'est pas important tant qu'ils gardent leurs distances... ce qui ne sera pas toujours le cas. smiley sg3agg28g.gif

Dreux, Chartres, c'est vraiment très long, d'autant qu'il fait particulièrement froid. Jusqu'à Orléans, c'est la beauce et le vent de face me ralenti fortement, 'timono peine à accrocher les 70 km/h avec des pointes a 80 dans les rares descentes. Juste avant Allainville, je m'arrête cinq minutes environs sur un petit parking, le temps de réchauffer sommairement mes petons et mes didis qui commencent à ressembler à des esquimaux. J'en profite aussi pour me dégourdir les pattes et pour reposer mon derrière qui n'en peut plus de cette selle qui a été refaite à la louche et qui est presqu'aussi dure qu'une planche en bois.

Je regarde dans les rares villages que je traverse si je vois un café, la faim et la soif me tiraillent et le froid aussi.
J'ai de la chance tout de même, il fait un magnifique soleil, bien qu'à certains moments je le maudisse, quand il me fait de l'oeil et que je ne vois plus la route. smiley sg3agg29g.gif Mais rien de rien, pas un café ou un bistrot, ou alors je le vois trop tard.
Quelques km avant Orléans, 'timono ratatouille et s'arrête, je passe en réserve. Et au bout de quelques coups de kicks, elle redémarre. Bon faut chercher à lui donner à boire.

3 km avant Orléans, je fais le plein à carreouf, au bout de 190 km depuis le précédent. Je traverse Orléans à allure normale et rejoins la RN20.

La Ferté saint aubin, Lamotte Beuvron où je m'arrête au café à coté de la gare, il est 13H45 et le soleil brille de milles feux. Je pose 'timono devant la vitrine et m'installe à une table (à l'intérieur) où je la vois bien. J'avale rapidement le café crème que j'ai commandé ainsi que le sandwich aux rillettes, ça fait du bien. J'en profite pour jouer au lézard derrière la baie vitrée, je resterai donc 30mn à me réchauffer.
14H15, je repars direction Vierzon, peut avant Vierzon je prends l'A20. C'est encore plus monotone que la N20, mais au moins je ne perdrais pas de temps.
Je refais le plein à la station Total au sud de Chateauroux (4.78 litres pour 154 km) et je me réchauffe encore pendant une petite demi heure.

Sortie 23, je sors à la croisière pour rattraper la RN145, et je m'arrête à la station Shell pour rajouter de l'huile dans le moteur de 'timono, elle en englouti presque 0.4 litres (j'ai parcouru 482km à ce moment là).

À guéret je m'arrête chez LS Motos (concessionnaire Honda), il est ~18H10 et c'est fermé. smiley sg3agg28g.gif Je file à leclerc pour compléter le plein (3.55 litres pour 106 km).

C'est reparti par la D942, Saint Feyre, Ahun, Lavaveix les mines, Aubusson, j'y arrive il est 19H bien sonné, Thierry a fermé son magasin, tant pis, je lui montrerai 'timono une autre fois.

Il ne me reste que 20 km pour être chez moi, ce seront les plus pénibles. Le filament du phare a lâché une dizaine de km avant Aubusson et je dois prendre la D60 (aussi appelée route de beauze), elle serpente et est vraiment très étroite et en sous bois, mais juste avec un code de 36 watts, pas question de faire des pointes de vitesses. Je viens de parcourir 500 et quelques km aujourd'hui et je n'en peux plus, j'ai froid, je suis éreintée, j'ai la vue qui se brouille, j'ai hâte d'être rentrée, le givre s'installe et je fais gaffe. Au bout d'une quarantaine de minutes, je suis chez moi, il est un peu plus de 20H. Je suis soulagée.

J'ouvre la porte et suis accueillie par Sweetie (ma bestiole à quatre pattes) et une furieuse odeur d'urine. Angélique n'est pas venue aussi souvent qu'elle me l'a dit. smiley sg3agg28g.gif J'en profite pour mettre le chauffage plus fort, histoire de se réchauffer plus rapidement.

Ma bestiole file faire ses affaires et je pose le casque, les gants et ressort aussitôt pour prendre le sac a dos et attacher ti mono.

Il est 20H20, je nettoie les bêtises de ma bestiole, et j'enlève mon attirail.

J'ai très mal à l'épaule gauche et en haut du même bras. J'ai la flemme de me faire à manger, je mange quelques tacos et au bout de même pas une vingtaine, j'abandonne, j'ai pas faim, j'ai trop froid et impossible de me réchauffer.

Je regarde la télé. À minuit, je ne suis toujours pas réchauffée quand je vais me coucher.

Ce matin ça va mieux, je suis réchauffée mais ai toujours mal à l'épaule gauche.

Demain, je vais à Aubusson pour faire la carte grise de 'timono.

Voila, c'était mes premières aventures avec 'timono et j'espère bien, pas les dernières smiley sg3agg29g.gif )

La Nouaille, le 16 février 2003.


Mots clés : AnDroKtoNe, belette, jessb, jessica b, moto, motard, motarde, site, article, timono, 125 xls, honda, trail, yvetot, la nouaille, aubusson, creuse, périple, février, février 2003,
 
 
>>Masquer les commentaires [3]
 
 
 
Commentaire n°3/3
 
 
Remonter Posté le 31/01/2009 par +dvb

 
Ah ! je me ferai un plaisir d'y jeter un coup d'oeil smiley sg3bgg29g.gif
 
avatar

Vincera chi si distinguera

http://dvb96.over-blog.com/

http://ter-aelis.newgoo.net/forum.htm

 
 
Commentaire n°2/3
 
 
Remonter Posté le 30/01/2009 par ΨAnDroKtoNe

 
Si tu veux un texte un peu dans la même veine, tu peux lire mon récit de la concentration que j'ai fait en mars 2008 dans le puy de dôme où je me suis rendue en stop depuis Brest. smiley sg3agg29g.gif


Pâques Beau




Merci à toi d'avoir laissé un commentaire :ouichinois:
 
avatar

"Pour ces messieurs la moralité devient rigide quand le reste ne l'est plus" © Coluche

"Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l'ordre n'est pas une fin en soi." © Michel Audiard (Le président)

signbanAnDroKtoNe35250.png

 
 
Commentaire n°1/3 :: Ballade
 
 
Remonter Posté le 19/01/2009 par +dvb

 
C'est excellent la façon dont tu racontes ton voyage. Les détails sur les horaires, les kilométrages, la consommation, l'itinéraire... ça fait vraiment carnet de bord. Et à côté de ça, l'aventure humaine, les paysages, les gens que tu rencontres, ces tranches de vies, ces petits détails qui pourraient sembler insignifiant, mais qui au contraire prennent énormément d'importance, parce qu'ils font l'essence du récit, transforme ton histoire en vrai carnet de voyage ^^

Il y a de la poésie dans ce ton enjoué et vif.

C'est vraiment sympa !!

Tu devrais faire toute une série comme ça, si tu as d'autres histoires de voyage comme celle-ci smiley sg3bgg29g.gif
 
avatar

Vincera chi si distinguera

http://dvb96.over-blog.com/

http://ter-aelis.newgoo.net/forum.htm

 
 
 
 
 
 

Retour Page principale Aide Accueil