logo  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | disk   Download  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu général :
 
 
Les Articles : par Catégories



 
 
8 Derniers articles
 
 
 
 
5 Derniers Posts du Forum :
 
 

 
 
Recherche rapide :
 
 
Entrez un mot ou
un groupe de mots :
Selectionnez les zones :
Forum
Articles
DownL
News
Pages
Faq

 
 
Lettre de Nouvelles :
 
 

Inscription
Désinscription

 
 
Météo
 
 
 
 
Echange de liens
 
   
 
 
 
 

Index des articles > Concentres (et Balades) Moto > Paques Snow, 22/23 mars 2008

 
 
Paques Snow, 22/23 mars 2008
 
 

Article posté par ΨAnDroKtoNe.
Paru le dimanche 30 mars 2008 à 16:06
Vu 3952 fois.

Paques Snow, 22/23 mars 2008

La concentration "Paques Beau" de fin mars 2008 qui s'est un peu transformée en "Paques Snow" smiley sg3bgg29g.gif



Pâques Snow




Jeudi 26 mars 2008, groumpff le réveil sonne. Il est 4H00. Déjà !?
Pfiouuuu mais j'suis folle moua ?
Ça fait même pas quatre heures de sommeil (j'm'étions couchée à 00H15)... Bon j'met une poutrelle à chaque �il pour qu'ils restent ouverts.

Je "lève le corps"... Pffffffffff j'suis décidément lourde mais lourde au réveil (comment ça pas que là ? smiley sg3agarfg3ag.gif ) J'me dirige vers la bouilloire zélectrik, ah oui faut mettre de l'eau dedans... Bon ça y est ! C'est quoi que je dois faire maintenant ? Ah tiens !? Aller aux toilettes avant qu'il ne soit trop tard... smiley sg3agD.gif Euuuuhhhh et maintenant ? Préparer un 'ti déj car la journée va être longue. J'allume le nordinateur et la "boite libre de mamadoo" pour se connecter à la toile, j'regarde les courriels, pffff encore et toujours des &#é@$§% de pourriels, je lance une séance d'entraînement pour ma dodge viper (sur Metal Damage), hop une nouvelle construction dans "AnDroKtoNe Ville" sur Travian et je n'éteind le nordi.

Hummm j'ai pas faim mais faut qu'je mange. Pas glop, vraiment pas faim. Péniblement j'avale la tasse de ricoré au lait et deux p'tites tartines beurrées. Et là je dois faire aut'chose mais quoi ? Ah oui, prendre une douche sinon y parait qu'je sens le "fennec" smiley sg3agg23g.gif

Ahhhhh ça fait presque du bien la douche, le neurone commence à se connecter car jusque là j'étions vraiment en "mode débogage" ou si vous préférez en "mode radar automatique".

Le sac à dos est prêt depuis la veille au soir, je vérifie que je n'oublie rien et il va être l'or d'y aller. Marine mon 'ti papillon d'amour est déjà habillée et nous y allons. Elle m'accompagne en voiture jusqu'au rond-point de la route nationale qui mène à Quimper/Nantes. Nous y arrivons à 5H50, et le temps de se bizouiller et d'm'entendre dire qu'il faut qu'je fasse attention et tout et tout, j'me met en place sous le réverbère avec mon joli gilet jaune fluo (pour pas qu'on me loupe !) et je tends la pancarte (la première) où j'ai écris en gros NANTE. Comment ça qu'j'ai fée une pheaute d'aurteauggrafe ? Mais non ! J'ai pas mis le S sinon ça aurait pris plus de place et les autres lettres auraient été plus petites... Aphtuce, j'ai l'aphtuce (cf. "La folle histoire de l'espace" et "maître yogourt").

Marine fait deux fois le tour du rond point pour me faire coucou et elle s'en va. Snif, ça m'fait un p'ti pincement zo coeur. smiley sg3bgg29g.gif

6H15, ça fait 20 minutes que je patiente. Ehhhhh ! Maisssss ! Ça va pas ça ! Il pleut, enfin non, il tombe des embruns smiley sg3bgg29g.gif Ah bah me v'la bien si ça continue j'risque de rester là un moment... Ouffff ce n'était que passager (5 minutes) mais pas glop, ça vous raffraichi c't'affaire. Brrrrrrrrrr Les voitures zé les camions passent, m'ignorent ou me regardent et ne s'arrêtent pas. C'est pas grave, je viens juste d'arriver, y'en a bien unE qui va s'arrêter et m'emmener plus loin rapidement. 7H30, j'dois leur faire peur !? Y'en a pas unE qui c'est encore arrêtéE. Bon patientons, patientons... Ah tiens, y'a un camion qui s'arrête, mais bon, c'est pour me proposer d'aller un peu plus loin, c'est gentil mais idiot et je décline la proposition.

Ahhhhhh !!!! Enfin !!!! Une voiture c'est arrêtée. Il est 9H10 ! C'est une jeune femme, charmante au demeurant :P , étudiante en médecine à Quimper qui me propose de me déposer à Quimper. Coooooolllll j'avance enfin (65km). Et puis pour ne rien gâcher, elle est aussi motarde smiley sg3agD.gif elle rallonge un peu son parcours de manière à m'emmener à la troisième sortie de Quimper où j'aurai davantage de chances d'être prise en stop. Vraiment super sympa.

J'me met sur la bretelle d'accès à la voie rapide et au bout de 5 minutes y'a les Dix Doigts Engourdis qui viennent me dire que je gène et que je devrai pas être là ! Grrrrrrrr alors je recule un peu et là (au bout d'un petit quart d'heure) y'a un monsieur avec un fourgon qui me propose de m'emmener à la dernière station service (total) qu'il y a sur la voie rapide avant Nantes où je devrai avoir moins de soucis pour "poucer". Ok. Nous y arrivons assez rapidement et il me dépose. J'en profite pour aller aux toilettes car depuis ce matin, la tasse de ricoré a fait son chemin et il est temps.

Je me poste à la sortie de la station (en ayant pris soin de demander auparavant aux personnes qui y étaient si elles se dirigeaient vers Nantes (encore environ 170/180 km)), et de manière que ceulles qui sont sur la voie rapide voient aussi ma pancarte et puissent s'arrêter pour m'embarquer.

Bon je commence à les maudire au moins jusqu'à la 36ème génération ! Ça fait encore plus d'une heure que je prends racine et y'en a pas unE qui s'arrête... Grrrrrrr .
Ah si, tiens, bah oui mais non ! Ça le fait pas... Il me propose de m'emmener une trentaine de kilomètres plus loin et à cet endroit y'a pas de place pour que les voitures (ou camions) puissent s'arrêter. Il est gentil mais un peu idiot puisqu'il sait très bien (c'est lui qui le dit) qu'ensuite ce sera galère !
Bon je reviens en place et je poireaute. Grumpf j'suis pas arrivée à c't'allure !
Hummm il est 11Hxx j'ai faim. J'prends un des quatre casse-croute que je m'étais préparé (une baguette coupée en 4), ça fait du bien par où qu'ça passe :P et au moins pendant ce temps là je fais quelque chose LOL
Ça fait cinq minutes que j'ai mangé, un jeune avec une camionnette de livraison bâchée s'arrête comme un ouf et il me propose de m'approcher de Nantes. J'accepte et c'est parti, complètement louf celui-là ! 135/140 au cul des autres ! Bon ben c'est p't'être mon jour ?!? Les 80 kms que je fais avec lui sont parcourus en à peine plus de 40 minutes et il me dépose sur " l'aire de Marzan" (la dernière avant Nantes). Entre temps il m'a dit qu'il est motard avec un 650 Bandit, j'espère pour lui qu'il n'est pas aussi fou sur deux roues que sur quatre, sinon je ne donne pas cher de sa peau...

Là j'attends une 'tite dizaine de minutes et un camion qui sort de l'aire m'embarque jusqu'à la sortie de Nantes. Pendant ce temps là je l'écoute me débiter des énormités. A l'entendre il doit bien avoir 70 ans, car avec tout ce qu'il a fait dans sa vie, c'est bien l'age qu'il faut pour faire tout ça... En fait, il a moins de 50 berges... Il me fait trop rire celui-là, sympa mais menteur comme un arracheur de dents. Mouarfff excellent.

Il me dépose sur l'aire d'une station et hop j'me remets à "poucer".

Ce coup-ci j'ai changé la 'tiquette. J'ai mis celle pour LIMOGE et en dessous j'ai ajouté celle pour POITIER (sait on jamais ?). Et les véhicules passent et passent et passent. Et merde ! Ça commence à me gaver !

Un camion sort de l'aire et s'arrête et me propose de m'emmener jusqu'à Poitiers. Bah allons y ! Coool.
Au bout de 5 minutes il me dit qu'il va sur un patelin avant Saintes ! scrogneugneu l'aurait pas pu l'dire plutôt c't'andouille !? j's'rais pas montée avec lui. Bon ben allons y. En plus de ça, l'est pas doué l'garçon... Il se goure de route et on fait un détour d'au moins dix bornes... Y'a des jours comme ça... smiley sg3agbigeekg3ag.gif

J'regarde la carte pendant que nous roulons dans une direction qui ne m'arrange pas vraiment. Ah tiens ! Mais oui, bon je lui demande de m'arrêter sur une aire/station service d'autoroute au niveau de Niort. 16H15 je suis sur l'aire au niveau de Niort, j'ai appelé mon 'ti papillon d'amour pour lui dire où qu'j'en étais. En lui disant que je galère un peu mais surtout en minimisant pour qu'elle ne s'inquiète pas trop.

J'attends, encore et toujours. En plus fait pas une chaleur torride, j'suis bien contente d'avoir la veste de moto chaude car je suis exposée aux vents, l'aire est sur un plateau.
Au bout de plus d'une demi-heure un camion s'arrête, ouaip ben c'est pas gagné ! Pourquoi ? Ben j'suis trilingue moua ! J'parle : le français, le français et le français... Et le camion ben c't'un portugais... P't'être que j'aurai la chance de tomber sur un portugais francophone... Ah bah non ! Oooops ! Bon. Il peut me rapprocher de Saintes. Pendant le parcours nous discutons guère, car même sous la torture l'portugais j'ai du mal et c'est pareil pour lui et le français... Enfin nous arrivons sur Saintes, j'ai toujours aussi froid car il avait mis sa ventilation en "mode frigo" ! Il est super sympa, car il sort de l'autocroute pour me faciliter les choses. Vraiment super cool. Je le remercie vivement.

Et là je retends ma pancarte LIMOGE pendant cinq minutes et je vais voir un routier en pause et lui demande un stylo pour que je puisse écrire ANGOULEME pour pas trop effrayer les zotomobilistes :P

Hop, dix minutes plus tard, un gars avec une jolie SAAB s'arrête et me dit qu'il peut m'emmener jusqu'à Angoulème. Coool, je discute avec lui et il m'apprends qu'il va jusqu'à Limoges, super méga cool il peut donc m'emmener jusque là. Ah bah ça fait du bien d'avoir enfin de la chance aujourd'hui. smiley sg3agD.gif Pendant tout le chemin nous discutons beaucoup de moto et de voiture, cool, c'est un ancien motard. Il a arrêté après s'être sérieusement gamellé et depuis il a peur.

J'arrive donc peu après 19H25 à Limoges. Il a bien roulé, mais il avait un "avertisseur de radar"... smiley sg3bgg29g.gif
Le froid est bien là ! Ça pèle sec.

J'me dandine, piétine, gigote pour ne pas trop me refroidir tout en présentant ma pancarte où j'ai noté AUBUSSON (ma destination finale) à 85 km. Je vois quelques voitures immatriculées 23 me passer sous le nez sans plus de considération. Grrrr je les détestes. Sont pas gentilLEs. Nan mais ! J'vais pas leur abîmer leur tuture, j'suis pas dangereuse.

Au bout d'une bonne vingtaine de minutes et mon corps ayant perdu quelques degrés, une jeune femme s'arrête et me propose de m'emmener jusqu'à Pontarion. Super ! Ça me rapproche bien. Je téléphone à Marine pour la rassurer, la tenir au courant et pour qu'elle appelle Patou pour que celle-ci vienne me chercher à Pontarion.

J'arrive à Pontarion peu après 20H40 et j'attends une vingtaine de minutes et Domi (le mari de Patou) arrive. Ahhhhh ça fait du bien de le voir, hummm qu'il fait bon dans sa voiture.

21H20/30 je suis enfin arrivée "au domaine de Banizette", là où habite Patou (c'est ma meilleure amie). Elle y travaille et y loge à longueur d'année.

Retrouvailles avec Patou, vraiment contentes de se revoir après huit mois. Miam puis un peu de papotages et dodo vers 00H45.

Vendredi matin, il est 8H00, Patou entre dans la chambre avec mon 'ti couillon (Louis, son p'ti dernier et aussi mon filleul), j'ouvre un oeil (le moins lourd des deux) et là Louis se tient devant moi, il me demande si j'aime les dinosaures. Euuuhhhh mon neurone n'est pas connecté, bon alors que vient-il de me dire ? Ben euh, ah oui ! Oui bien sur que j'aime les dinosaures (surtout à 8H00 du matin) et il me fait un bisou baveux dont il a le secret. Je lui fait un bisou et replonge automatiquement dans un sommeil bancal. Patou l'emmène à l'école. 10H15, Patou entre à nouveau dans la chambre, je suis à moitié réveillée mais j'dois avoir des paupières plombées... J'ouvre les yeux, puréeeee c'est dur ! Au bout de cinq minutes j'arrive à me lever, pffffff j'ai dû prendre cinquante kilos dans la nuit pour avoir autant de mal à bouger... Petit déj, douche et il est déjà presque midi. Hop avec Patou et Domi nous allons manger un Kebab, faire des courses et nous rentrons sous la pluie qui ne cesse de tomber depuis le début de la journée. Le temps passe plus vite que nous le voudrions. Arrive l'heure de manger puis celle du dodo sans même qu'on y pense. Entre temps, j'attends avec impatience l'appel téléphonique de Patrice qui doit me confirmer vers quelle heure il arrive avec trois copains à lui. J'appelle Pirick pour lui redonner les coordonnées où je suis joignables au cas où Patrice les aurais égarées. Au bout d'assez peu de temps, Patrice appelle. Rendez vous est pris pour le samedi matin vers 10H30.

Samedi matin, le réveil sonne à 7H30 mais ça fait déjà cinq minutes que je suis réveillée et que je suis debout. Je file prendre un petit déjeuner et nous discutons. Fais chier ! Il neige ! Et en plus pas qu'un peu... Ici à 650mètres d'altitude ça tiens bien. Pas glop. J'espère que Patrice et ses copains n'auront pas de soucis pour venir à Felletin, lieu du rendez-vous (à 16km du domaine par des petites routes super viroleuses et pentues). Douche rapide et il reste encore un peu de temps. Patou se désespère de me voir partir déjà, une journée c'est vraiment trop court, mais bon, on fait c'qu'on peut... Étant donné qu'elle n'aime pas conduire sur la neige, elle appelle Tilique (Angélique sa fille aînée) pour que celle-ci vienne de Vallières pour m'amener à Felletin. Elle arrive, je fais des bisous à Louis, à Mattéo (le fils de Tilique) et à Patou qui en a "gros sur la patate" (pas moi ;-) j'suis forte... ) Nous arrivons au "Grand Café" à Felletin sur les coup de 10H20 et en profitons pour boire un coup, faut pas s'laisser démoraliser par ce temps de m..... Patrice m'appelle pour me dire qu'ils sont bloqués à La Courtine par la neige et il me demande si ça va le faire. Je lui répond que oui car la route La Courtine==>Felletin est un axe "important" et que ce sera déneigé. Il me dit qu'ils arrivent et qu'ils seront donc un peu en retard. Pas de soucis, je m'en doutais et j'm'en fiche, j'ai tout mon temps... On reprends un truc à boire avec Tilique en les attendant, sur le chemin de Felletin elle m'apprend qu'elle souhaite passer son permis moto et qu'elle lorgne sur les hyper-sport et particulièrement sur la Yam R6. Coooooollllll.

Patrice et ses copains arrivent j'entends les motos. Je les rejoins en laissant Tilique dans le café, Patrice me fait les présentations avec Ulrich, Greg et Pascal. Je retourne à l'intérieur. Ils arrivent et je leur présente Angélique, elle doit rentrer et s'en va.
Les gars boivent un coup, je défais le sac de couchage de dessous le sac à dos pour que Pascal prenne le sac à dos et Greg prendra le sac de couchage. Patrice embarquera l'enclume que je suis sur sa Div. ;-)
J'enfile le pantalon de pluie par dessus mon jean ce ne sera pas du luxe étant donné la température ambiante.
Tout le monde est fin prêt pour prendre la route.
Pascal sangle le sac à dos sur le porte bagage du zx12 et Greg range le duvet dans sa sacoche.
J'essaie de grimper sur la Div en montant sur le repose pied (comme à mon habitude en fait) et j'y arrive pas entre autre à cause du top-case mais surtout du fait que "je suis souple comme un verre de lampe"...
Enfin, après les conseils qui me sont prodigués, je me décide à lancer la jambe sur la selle et oh miracle ! J'y suis parvenue... Non sans mal... (la honte ça s'arrange pas pour moi)...

Nous partons enfin, vu la météo Patrice décide de prendre les grandes routes.

Je suis trop heureuse, je fais de la moto.

En plus ce qui ne gâche rien la selle de la Div est un régal pour mon arrière train et mon dos. Et puis je suis vraiment en confiance, Patrice conduit vraiment super bien. Sur la nationale menant en direction de Clermont-Ferrand, il y a bien quelques endroits enneigés sur la route mais dans l'ensemble aucun souci. La route n'est pas enneigé contrairement aux paysages qui eux sont recouverts d'un tapis blanc scintillant de mille feux qui si je ne savais pas que c'est froid, je me roulerai dedans tellement ça à l'air "confortable". Le froid n'est pas trop mordant, bien sur j'ai les harpions qui finissent par jouer les esquimaux mais mes mains que je cache soigneusement entre Patrice et moi sont à peine fraîches. Quand nous finissons par faire une halte peu après midi trente, au moment où je descends de la moto j'ai l'impression que mes pieds sont dépourvus de doigts... Enfin non, car ceux-ci au bout de quelques pas se rappellent à mon "bon" souvenir, j'ai l'impression qu'ils sont en train de bouillir, c'est curieux comme sensation. Mes harpions sont raides comme des passes lacets. Tout rentre dans l'ordre au bout de plusieurs minutes quand le sang fini à nouveau par irriguer mes doigts de pieds. ;-) Nous repartons en direction du Camping Moto Route 99 à Saint Rémy de Blot et y arrivons rapidement, avant même que mes pieds ne soient à nouveau gelés MDR ...

Vincent nous indique où nous devons poser nos affaires. Nous les posons et redescendons pour manger un bout. En attendant Vincent nous paye un pot et un peu après nous apporte une énorme assiette avec une super belle tranche de viande rouge tendre et fondante avec quelques frites. Miammmmm c'est bon. Mais il est fou lui, j'en laisse un peu, j'peux pas tout manger y'en a trop, d'autant que j'ai pas l'habitude de manger le midi.

Une fois que nous avons déjeuné, nous reprenons la route pour visiter le "Musée Baster" à Riom. Vraiment super génial. C'est la première fois que je visite un musée consacré à la moto. Je suis aux anges, les motos exposées pour la plupart sont dans un état magnifique. Il y a une collection importante d'Indian, de Ratier, de Nimbus, de Harley Davidson, de AJS, de Royal Enfield, de Monet Goyon, Gillet Hertsall, René Gillet, Puch, et bien d'autres marques. Il y a aussi une quantité impressionnante de 4 cylindres d'avant 1935. Une BFG trône dans un coin, quelques Laverda, deux Benelli SEI (une 750 et une 900), quelques Solex, une 1300 Kawa 6 cylindres, plusieurs Norton Commando, une Motobécane SuperCulasse 500 de 1938 et quelques autres pièces magnifiques. J'en profite pour en photographier une partie, mais pas toutes car j'ai oublié dans le dortoir les piles de rechange pour l'appareil photo...

Quand nous sortons du musée, je suis scotchée. Là s'étale de magnifiques motos, vraies pièces de collection, elles mériteraient une place au musée... Une Norton Commando, une Ducati, une Moto Guzzi, une Triumph T100 avec des sacoches latérales en métal en forme de quart de cercle, et d'autres que malheureusement je n'ai pu immortaliser. Un délice pour les yeux, et aussi pour les oreilles, enfin avé les boules quiès ça iraient mieux pour certaines smiley sg3bgg29g.gif Quand nous partons nous faisons un détour par la station service pour donner à boire aux chevaux de fer et nous repartons en direction de Saint Rémy de Blot. Nous en profitons pour perdre p'ti loup et Patrice fait demi-tour pour aller le retrouver. Enfin, nous repartons tous ensembles en direction de Saint Rémy.

Passé Combronde le ciel est sombre, très sombre même... Nous sommes "officiellement au printemps" mais la météo du coin s'en fout ! Nous nous prenons la neige copieusement et je me demande encore comment Patrice pouvait voir la route dans cette cagade, en roulant comme sur des oeufs à certains endroits nous finissons par touTEs arriver au Camping Route 99. Pffffiiiiiioooooouuuuuu eh bien, bien contente d'être arrivée.

Nous arrivons quasiment en même temps que Pti poussin, Pirick, Manuchon, Adrien et Stéphanie...

Je redescend pour boire un coup en étant raisonnable (coca light), il y a déjà pas mal de monde. C'est l'occasion de faire connaissance avec les membres du fofo et de leurs copains. Les discutions s'enchaînent au rythme des rencontres.

Arrive l'heure du dîner et là Vincent nous a fait un repas de fête. Nous sommes vraiment gâtés avec des plats succulent et suffisamment copieux voir un peu trop. ;-) Les discutions s'interrompent avec chaque bouchées et sont ponctuées par les essais des musiciens du groupe "Spectrum Band". Ils ont bien l'apparence de leur musique. smiley sg3agD.gif Le dessert arrive au moment du début du concert, les papilles dansent au rythme de la musique. Ces musiciens assurent bien et quelques téméraires se jettent sur la piste de danse. Aux environs de minuit je monte me coucher, le concert n'est pas fini mais décidément je tiens plus debout. Je m'en vais donc "faire dormir les yeux". Heureusement que depuis la fin de l'après midi nous avions laissé le petit chauffage électrique soufflant en route car dans le dortoir il ne fait plus froid mais je maudit les maladroits qui laissent la porte entre-ouverte... ;-) Je ne tarde pas à m'endormir.

Dimanche matin, j'ouvre un oeil vers 8H et en profites pour aller prendre une douche. J'y arrive et il n'y a quasiment personne. Il a neigé durant la nuit, les motos sont recouvertes de quelques centimètres de poudreuse. Les locaux sont encore frais mais quelle joie de rester sous l'eau chaude de la douche bienfaisante, sauf que sur la fin de la douche, d'autres sont arrivéEs pour prendre la leur et du coup, la température de l'eau s'en ressent nettement, ce qui me fait écourter ce moment qui étais bien doux. Pas d'bol, y'a pas moyen de se sécher les pieds dans la cabine de douche, du coup, je m'habille correctement le haut, enfile une culotte et le botte sans rien de plus pour le bas. Et je file rejoindre le dortoir qui est dans l'autre partie du bâtiment, ce passage dehors en tenue légère me fouette le sang et je ne tarde pas à finir de m'habiller dans le dortoir. ;-) (j'ai écris ce passage pour que certainEs comprennent pourquoi j'ai fait ainsi... ;-) )

Avant 9H00 je descend pour prendre le petit déjeuner, je ne suis pas la première. Nous sommes gatéEs, il y a même des croissants et tout plein de bonnes choses. C'est l'occasion de se détendre, de papoter et de se demander comment la journée va se passer. Car avec la neige tombée dans la nuit, la route est impraticable. Espérons que l'action conjuguée de la DDE et du soleil permette, tôt ou tard, de faire une balade en moto dans les environs.

En attendant, avec un petit groupe nous partons faire une promenade pédestre en direction du bourg de Saint Rémy de Blot. Nous rebroussons chemin au bout de cinq minutes car le vent fait voler la neige et nous refroidit, en cours de route nous sommes rejoints par un autre groupe et du coup nous reprenons notre balade. Nous marchons très lentement et sans s'en apercevoir nous avons laissé passer le temps, nous rentrons.

Peu de temps après notre retour nous entamons un apéritif fait de multiples spécialités régionales toutes meilleures les une que les autres. De vrais délices. Quand arrive l'heure du repas je suis presque repue, du coup je grignoterai. D'autant que le temps et les températures annoncent une possibilité pour le tour en moto...

Ça y est. Nous y allons. Patrice me dit qu'une autre passagère sera derrière lui, alors je pars en quête d'une place sur une selle. Didier (Fendlabise) m'accueille volontiers sur son Freewind. Nous partons sous un superbe soleil, l'allure est tranquille, nous sommes une vingtaine et nous arrêtons au pied du Viaduc des Fades à une extrémité du barrage des Fades (à côté de Saint Priest des Champs). J'en profite pour prendre quelques photos puis nous repartons et ce coup-là je suis derrière Michel sur sa R1150. La balade se poursuit jusqu'à l'arrêt suivant, après "Les Ancizes", où se trouve un lac dans le cratère d'un volcan. c'est surprenant et très joli aussi. Nous rentrons, cette balade nous aura permis d'apprécier des paysages féeriques.

Au retour de cette petite escapade, Ulrich a envie de repartir (un goût de "reviens-y"), il part à la recherche d'un collègue pour l'accompagner et il part avec Adrien.
Quand ils rentrent, la nuit commence à tomber et il est déjà l'heure de l'apéro. Apéro amélioré avec les restes des spécialités régionales entamées le midi. C'est reparti pour se régaler.

Le repas du soir est un méga barbecue. ChacunE se sert comme ilLE veut, viande rouge, blanche, crudités, mozarella et autres délices. Pour faire chauffer la viande, le barbecue est énorme. Le choix est difficile : finir brûlée au troisième degré si on s'approche trop ou finir gelée si on s'en éloigne trop... ;-) PTDR Cette soirée est super, les discutions vont bon train jusqu'au moment d'aller dormir. Dodo aux environs de 0H30.

Lundi matin, debout à 7H30 et comme la veille je file de suite à la douche. Aujourd'hui j'ai de la chance je fini ma douche avec de l'eau bien chaude. Le pied. Comme la veille, je repars en "tenue légère" au dortoir pour aller m'y sécher les harpions et finir de m'habiller.
Nous attendons 9H00 que le déjeuner soit prêt et discutons tous ensembles pour patienter. Les plaisanteries fusent à tous propos et aussi concernant ma tenue à la sortie des douches...
Enfin le petit déjeuner est prêt et nous sommes vraiment des "coqs en pate", le boulanger nous a gratifié de succulents croissants.
Nous discutons, encore et toujours, nous échangeons nos coordonnées respectives. L'heure de se séparer approche même si la route n'est pas encore très très pratiquable.

Pascal me ramène jusqu'à coté de Rennes avec son fourgon. Nous quittons Saint Rémy de Blot un peu avant 10H30, nous suivons P'ti Loup et Gas oil, pendant que Greg et Ulrich nous suivent. Nous avons largement le temps de discuter et le temps passe sans même qu'on s'en aperçoive.

16H00, Pascal me dépose à la première station service après Rennes sur la RN12. Il bruine. Pfffffff Fait suer... Je demande à la station s'ils connaissent quelqu'un qui va sur Brest, mais non. Tant pis. Je sors et me met à la sortie de la station, de manière que ceux qui sont sur la RN puissent me voir et s'arrêter ainsi que ceux qui sortent de l'aire. J'attends. Je patiente et au bout d'une petite demi-heure un routier allemand qui sort de la station m'embarque. Il va sur "Bourg Blanc", tout à coté de Brest. Waaaaooooouuuuuuu cooollll. La conversation n'est pas aisée, je ne connaît rien à la langue de Goethe et lui ne connaît pas plus celle de Molière. N'empêche, avec des efforts nous parvenons à discuter un peu et à nous comprendre. Un peu après 19H00, il me dépose à côté de l'aéroport de Guipavas, à la sortie de la RN. Je me place à l'entrée qui me permettra de rejoindre Brest. Je tends ma pancarte et j'attends. Pas longtemps. A peine vingt minutes et un jeune homme s'arrête, il me déposera à cent mètres de chez moi.

Je suis chez moi, il est 20H15. Mon 'ti papillon de l'amour est super heureuse de me retrouver et moi aussi. Retrouvailles comme si on s'étaient quittées des semaines auparavant.

Bilan : Beaucoup de fatigue (ma constitution faible) mais aussi et surtout, beaucoup d'émotions positives, beaucoup de souvenir à garder, beaucoup de belles images en mémoire et une envie de recommencer (enfin les balades en moto).

Pirick. L'année prochaine pour paques, tu prévois quoi ? ;-)



Mots clés : AnDroKtoNe, belette, jessb, jessica b, moto, motard, motarde, site, article, paques snow, massif central, mars 2008, forum de pirick, neige, paquebot, paque beau,
 
 
>>Masquer les commentaires [4]
 
 
 
Commentaire n°4/4 :: Oooopppppssssss
 
 
Remonter Posté le 18/05/2008 par ΨAnDroKtoNe

 
J'avions point vu ton commentaire Sofille smiley sg3bgg29g.gif

Ben comment ça ? Ca t'étonnes pas d'ma part ?

smiley sg3agdingog3ag.gif smiley sg3agquestcequiditg3ag.gif smiley sg3agsuperpoucehautg3ag.gif

J'dois avoir de la semi-synthèse dans les veines smiley sg3bgg29g.gif
 
avatar

"Pour ces messieurs la moralité devient rigide quand le reste ne l'est plus" © Coluche

"Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l'ordre n'est pas une fin en soi." © Michel Audiard (Le président)

signbanAnDroKtoNe35250.png

 
 
Commentaire n°3/4
 
 
Remonter Posté le 04/05/2008 par Ωsofille

 
Super compte rendu .
Franchement faire du stop pour aller à une concentre faut vraiment être passionnée mais ça ne me surprend pas de ta part .
:clapclapclap:
 
avatar

 
 
Commentaire n°2/4 :: Arrivée
 
 
Remonter Posté le 20/04/2008 par ΨAnDroKtoNe

 
Eh oui smiley sg3agg29g.gif
Arrivée avant vous par contre pour l'aller ça n'a pas été aussi simple smiley sg3agfunkyg3ag.gif
 
avatar

"Pour ces messieurs la moralité devient rigide quand le reste ne l'est plus" © Coluche

"Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l'ordre n'est pas une fin en soi." © Michel Audiard (Le président)

signbanAnDroKtoNe35250.png

 
 
Commentaire n°1/4 :: Génial
 
 
Remonter Posté le 17/04/2008 par Ancien membre

 
Oui Génial ton CR ! ça fait plaisir de lire et relire ses quelques lignes smiley sg3agyesg3ag.gif Nous avons tous passé de bons moments malgré une météo un peu fraîche. A refaire sans modération avec des températures plus chaudes pour faire l'itinéraire prévu intégralement smiley sg3bgg29g.gif

Quand je pense que tu es arrivée avant nous (21h passé), ça marche pas si mal le stop !
 
avatar

 
 
 
 
 
 

Retour Page principale Aide Accueil