logo  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | disk   Download  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu général :
 
 
Les Articles : par Catégories



 
 
8 Derniers articles
 
 
 
 
5 Derniers Posts du Forum :
 
 

 
 
Recherche rapide :
 
 
Entrez un mot ou
un groupe de mots :
Selectionnez les zones :
Forum
Articles
DownL
News
Pages
Faq

 
 
Lettre de Nouvelles :
 
 

Inscription
Désinscription

 
 
Météo
 
 
 
 
Echange de liens
 
   
 
 
 
 

Index des articles > Films, Musiques, Livres & Spectacles > SLPICE

 
 
SLPICE
 
 

Article posté par +dvb.
Paru le samedi 24 juillet 2010 à 15:34
Vu 1082 fois.

SLPICE



SPLICE

19454219.jpg




Le sixième jour, Dieu créa...

Et l'Homme assassina Dieu en inventant la génétique. Un couple de jeunes et talentueux biologistes travaillent à la création de formes de vies artificielles en bidouillant le patrimoine génétique de plusieurs races animales et végétales afin de réussir à "produire" un "animal" capable de synthétiser une protéine brevetée très intéressante à exploiter pour le laboratoire qui les finance. Ouai forcément, quand on commence à tripatouiller le fondement même du vivant, il ne faut pas s'étonner de ce qui pourrait sortir d'une telle boite de Pandore.


19202831.jpg


L'expérience de trop

Tout commence bien dans la vie trépidante de ces deux amoureux passionnés par leur travail : ils ont la confiance de leurs superviseurs, travaillent dans un laboratoire hyper perfectionné avec le petit frère dans leur équipe, ils s'aiment et ont un un bel appartement rempli de gadgets et sont payés en milliards. Pourtant, à la suite d'une mésentente purement philosophique, leurs investisseurs préfèrent exploiter l'espèce de mutant nouvellement créé, plutôt que continuer l'expérience en y ajoutant une pincée d'ADN humain (comme si la science et la finance s'encombraient de morale...).

Un peu remontés, nos deux geeks (parce que ce sont vraiment de gros geeks post-ado inconscients qui ont dépassé le stade des apprentis sorciers pour aller directement se jucher au poste de démiurge) décident tout de même de "tenter l'expérience", juste pour voir s'ils sont cap ou pas cap de le faire. Et ils sont plus que capables, puisqu'ils parviennent à engendrer une nouvelle créature.


19202829.jpg


Le miracle de la vie

C'est donc dans un vacarme assourdissant de sondes électroniques, de cathéters ruisselants et d'utérus artificiel que va naître Dren, le petit monstre bizarre qui ne ressemble pas à grand chose, mais qui va faire la fierté de ses "parents". Si ses débuts dans la vie sont un peu difficiles, l'animal foufou et chétif parviendra quand même à survivre tant bien que mal, doté d'un organisme expérimental pour le moins hybride. Sa croissance phénoménale révèlera peu à peu en se développant, une forme de vie étonnement proche de l'humain.


19202830.jpg


Ainsi parlait Vincenzo Natali

Le réalisateur canadien Vincenzo Natali a marqué les esprits il y a quelques années en parvenant à la prouesse de s'imposer dans le monde de la SF internationale avec un film fabriqué dans un seul et unique décors angoissant et futuriste : CUBE. Ici, on n'est plus totalement dans le huis-clos initial du laboratoire, puisque Dren, le monstre humain viendra à évoluer à l'extérieur au cours du scénario plus qu'intéressant. Il est très étonnant que le film ait réussi à englober très aisément toutes les facettes de la problématique. Certes ça manque parfois un peu de subtilité dans certains angles, mais ça a au moins le mérite d'avoir exploiter à fonds les possibilités scénaristiques. Je dirai même que l'intrigue est incroyablement riche, tant la succession et le traitement des nombreuses incidences morales, philosophiques, humaines est bien exploitée (ça va de la crise d'adolescence au complexe d'Electre en passant par la critique d'une génération hypertechnologiste déconnectée de la réalité). De plus techniquement les effets spéciaux et les effets horrifiants du scénario montent crescendo ne laissant pas vraiment de répit au spectateur. Le casting hétéroclite n'est pas non plus inintéressant : Adrian Brody semble vouloir quitter le classicisme pour tenter la SF (attention bientôt il va se colleter une meute de prédators), Sarah Poley (vu récemment dans Mr Nobody) l'assiste très efficacement en tant que collaboratrice et femme; mais la surprise viendrait plutôt de la française Delphine Chanéac, qui passe à la dimension internationale avec assez de sobriété pour un rôle pourtant plus qu'ambigu (bah oui... vas-y essayer d'être un monstre sexy sans tomber dans le puits sans fond du ridicule... souviens toi de La Mutante !)


19202837.jpg


Au final, on a un film de SF qui flirte entre horreur biologique et mysticisme scientifique, en jouant sur toute la gamme des effets visuels et des rebondissements scénaristiques mis à sa disposition.


19202834.jpg




http://www.youtube.com/v/URkrZcJ99z0
 
 
 
 
 

Retour Page principale Aide Accueil